Si le 20e siècle fut celui du « tout faire » en automobile, le 21e siècle est celui de la prise de conscience des effets nuisibles sur la santé et l’environnement que représentent les changements climatiques causés par les GES (gaz à effet de serre).

C’est pourquoi, pour atténuer cette menace, les dirigeants des communautés métropolitaines de Montréal et de Québec ont adopté un Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) en vue d’encadrer et diriger la croissance urbaine. L’implantation de quartiers TOD fait partie de cette nouvelle philosophie qui vise à promouvoir le regroupement de la collectivité autour d’un cœur à vocation commerciale et de points de services de transport en commun.

Connaissez-vous un TOD? Oui, oui, vous avez bien lu : Tod et non le prénom Ted. TOD, c’est l’acronyme pour Transport Oriented Development qui désigne un quartier où règne « le tout faire » à pied, à vélo et en transport collectif. À titre d’exemple, c’est ainsi qu’ont vu le jour les projets Urbania, dont celui de Laval à deux pas de la station de métro Montmorency, du Collège du même nom, des campus universitaires (UdeM et UQAM) et de centres commerciaux.

Quelques statistiques

Au Québec, entre 1971 et 2006, la population des régions métropolitaines a augmenté de 62 % et l’étalement urbain y a monté en flèche (261 %).

Entre 1990 et 2007, la distance parcourue par un automobiliste pour se rendre à son travail s’est accrue de 29 %. Le transport par automobiles représentait 70 % de la consommation totale de pétrole et produisait 43 % des émissions de GES. En 2007, 13 % du budget des ménages québécois était consacré aux coûts associés à l’utilisation de l’automobile.

Là où plus de 95 % des gens utilisent l’automobile pour se rendre au travail, les recherches ont démontré que 54 % de cette population présente un excès de poids.

Ces quelques statistiques* militent en faveur d’une nouvelle façon du « vivre ensemble ».

*Source : Vivre en ville plus [www.collectivitesviables.org].

Les enjeux du PMAD

Le PMAD de Montréal a pour objectif de concentrer 40 % des nouveaux ménages dans des quartiers durables TOD. Cet objectif pourrait atteindre 60 % si l’offre de transport en commun est augmentée. D’ici 2031, on prévoit que 35 % des déplacements des citoyens vers leur lieu de travail se fassent en transport collectif, soit par le train de banlieue, le REM (Réseau électrique métropolitain), le métro ou l’autobus.

Le défi du PMAD, dans la perspective d’un développement durable du territoire, est donc de déterminer un périmètre métropolitain suffisant afin d’y accueillir les 320 000 ménages prévus d’ici 2031. Ce périmètre devra également tenir compte de la protection et du développement des zones agricoles.

L’émergence des quartiers TOD en banlieue

De nouveaux quartiers TOD s’implantent en banlieue, là où leurs résidents peuvent jouir des grands espaces et d’une atmosphère paisible. Le projet Urbania 2, à Laval, représente tout à fait ce concept avec ses résidences paisibles, ses jardins foisonnants, sa rue piétonne active, etc. C’est en définitive un village revu et redéfini où la vie urbaine en banlieue est maintenant une réalité.

Tout compte fait, le village urbain c’est un lieu agréable où il fait bon y travailler, s’y divertir, y vivre!